ŕ propos de
a r t i f i c i e l
activités

  Impacts+ > Rerooted, Hull [uk]
du 24/03/2017 au 27/03/2017

Videoscénographie MUTEK > Musée d'art contemporain, Montréal [ca]
du 01/06/2016 au 06/06/2016

beyond6281 > Banff Center For the Arts, Banff [ca]
du 16/03/2016 au 21/03/2016

RĂ©sidence Convergence > Banff Center for the Arts, Banff [ca]
du 06/03/2016 au 27/03/2016

vertiges > Planétarium, Montréal [ca]
du 02/01/2016 au 31/07/2016

(vide) > Galerie Clark, Montréal [ca]
du 15/10/2015 au 31/10/2015

POWEr > ISEA2015, vancouver [ca]
19/08/2015 23:00 GMT

davantage...

légende :  en cours  prochain  futur



booking & info
marc langlois / la chasse galerie
+1 514 276 9251

artificiel
PRINTABLE
INFO PDF

autres éléments pour artificiel
a r t i f i c i e l

artificiel est un studio de création dont le mandat est de produire des oeuvres d'art liées aux technologies numériques. Les oeuvres se présentent selon des modes d'expression allant de l'installation à la performance, dans des contextes d'exposition, de scène ou d'interventions in-situ. Y sont intégrés art sonore, art visuel, développement logiciel et matériel et mise en contexte.

Toutes nos oeuvres sont unies et participent d'un souci constant de rigueur et de pertinence en ce qui a trait aux pratiques artistiques et techniques qui sous-tendent la création. S'éloigner des outils issus de l'industrie; éviter les pratiques établies par la production; éviter l'esthétisation de la surface de l'œuvre pour plutôt révéler sa structure et exposer ses tensions inhérentes. Ces principes sont issues des recherches entreprises par Alexandre Burton sur la pratique des arts numériques. Il qualifie cette pratique de lutherie numérique. En appliquant ces principes de façon transversale sur un éventail d'œuvres et de démarches de création, il parvient à révélér une sensibilité propre aux phénomènes objectifs, exempts de médiatisation superficielle.

Une autre particularité commune est la nécessité d'incarner la composante expérientielle en direct. On ne parle pas d'interactivité pour le spectateur, mais plutôt d'articulabilité pour l'artiste — car c'est à lui que la responsabilité de la finalité de l'oeuvre est conférée. Même si la lutherie numérique peut être considérée comme une forme d'expression, elle n'est pas une fin en soi ; elle donne naissance à des instruments, qu'il faut ensuite apprivoiser, comprendre et maîtriser.

La mode d'opération des processus de création de projets du studio est lent et itératif. La création d'une oeuvre peut s'échelonner sur plusieurs années, et est souvent contaminée par les projets voisins. C'est en laissant le temps aux idées de se placer et de s'organiser selon leur logique propre et en minimisant les tensions et pressions liées à la production et à la livraison que l'artiste se donne toutes les chances d'observer et comprendre son geste.

[txt]